Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2009

L'image

 

IMG_1242.jpg

IMG_1243.jpgIMG_1244.jpgIMG_1245.jpg

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1246.jpgIMG_1247.jpgIMG_1248.jpg

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1249.jpgIMG_1250.jpgIMG_1251.jpg

 

 

 

 

 

15:44 Publié dans Samuel Beckett | Lien permanent

27/07/2009

Samuel Beckett

Extract from "Watt"

by

SAMUEL BECKETT


Spoken by Jack Emery

 

 

 

La poissonnière plaisait beaucoup à Watt. Watt n'était pas un homme à femme, mais la poissonnière lui plaisait beaucoup. D'autres femmes lui plairaient peut-être davantage, plus tard. Mais de toutes les femmes qui lui avaient jamais plu jusqu'alors, aucune ne pouvait se comparer aux yeux de Watt, même de loin, avec cette poissonnière. Et Watt plaisait à la poissonnière. C'était là une coïncidence providentielle, qu'ils se fussent plu l'un à l'autre. Car si la poissonnière avait plu à Watt sans que Watt eût plu à la poissonnière, ou Watt avait plu à la poissonnière sans que la poissonnière eût plu à Watt, alors qu'en serait-il advenu, de Watt, ou de la poissonnière ? Non que la poissonnière fût une femme à hommes, loin de là, étant d'un âge avancé et privée au surplus par la nature des propriétés qui attirent les hommes vers les femmes, hormis peut-être les restes d'une démarche distinguée due à l'habitude de porter son panier à poisson sur la tête, sur de longues distances. Non qu'un homme, sans posséder une seule des propriétés qui attirent les femmes vers les hommes, ne puisse être un homme à femmes, ni qu'une femme, sans posséder une seule des propriétés qui attirent les hommes vers les femmes, ne puisse être une femme à hommes, loin de là. A telle enseigne que Madame Gorman avait eu plusieurs admirateurs, aussi bien avant qu'après Monsieur Gorman, et même pendant Monsieur Gorman, et Watt au moins deux affaires de coeur caractérisées au cours de son célibat. Watt n'était pas un homme à hommes non plus, dénué de toutes les propriétés qui attirent les hommes vers les hommes, tout en ayant eu bien sûr des amis masculins (qui peut y couper) en plus d'une occasion. Non que Watt n'eût pu être un homme à hommes, sans posséder une seule des propriétés qui attirent les hommes vers les hommes, loin de là. Mais il se trouvait qu'il ne l'était pas. Quant à savoir si Madame Gorman était une femme à femmes, ou non, c'est là une des choses que l'on ignore. D'un côté elle l'était peut-être, de l'autre elle ne l'était peut-être pas. Mais il semble probable qu'elle ne l'était pas. Non qu'il soit le moins du monde impossible qu'un homme soit à la fois un homme à femmes et un homme à hommes, ni qu'une femme soit à la fois une femme à hommes et une femme à femmes, pour ainsi dire d'un seul et même mouvement. Car chez les hommes et les femmes, chez les hommes à femmes et leshommes à hommes, chez les femmes à hommeset les femmes à femmes, chez les hommes à femmes et à hommes, chez les femmes à hommes et à femmestout est possible,jusqu'à preuve du contraire, dans ce domaine. 

 

Extrait de Watt, Minuit éditeur.

Source http://www.franceweb.fr/poesie/watt.htm


 

12:58 Publié dans Samuel Beckett | Lien permanent

25/02/2009

Samuel Beckett

 

 

Sans titre2.png
Sans titre3.png

Son écriture est d’une obscure beauté,  faite  de contrastes, de contrepoints, une écriture en noir et blanc, dans des nuances automnales, les teintes sont sombres, d’un jour pareil aux autres, d’une nuit au temps d’un jour. Il rend le texte visible, rend l’image au texte, impose le réel de la sensation, tient l’affreux silence en respect . Ces pièces sont épurées au presque rien ; les dernières images - une mise en scène en forme essentielle de sa représentation picturale : figures géométriques,  la non-couleur, le clair-obscur, le silence d’un souffle,  l’espace abstrait, l’attente. Répétition des mots, des thèmes, des gestes et des mouvements. Il focalise l’intention sur le langage, établi des tensions à l’intérieur même du langage et compose des images visuelles fortes, souvent inspirées par des peintures …

Vous n’avez pas fini de m’empoisonner avec vos histoires de temps ? C’est insensé ! Quand ! Quand ! Un jour, ça ne vous suffit pas, un jour pareil aux autres il est devenu muet, un jour je suis devenu aveugle, un jour nous deviendrons sourds, un jour nous sommes nés, un jour nous mourrons, le même jour, le même instant, ça ne vous suffit pas 

"C’est un jeu, tout est un jeu. Lorsqu’ils sont tous les quatre allongés sur le sol, on ne peut pas traiter ça de manière naturaliste. Il faut recourir à l’artifice, comme pour un ballet. Autrement cela devient une imitation, une imitation de la réalité. (…) Il faut que ce soit clair, transparent, sans sécheresse. C’est un jeu qui a pour fin la survie. »

C.B.

 

© Steve Schapiro:Corbis 1964 a.jpg
© Steve Schapiro/Corbis 1964  

 

Mystères d'un homme et fulgurances d'une œuvre : Samuel Beckett. Un cas fascinant de la littérature française contemporaine, sur lequel on possède peu d'informations, tant le personnage se défie de la vie publique. Une famille irlandaise protestante, naissance à Dublin, en 1906, des études sans histoires, puis en 1928 une nomination comme lecteur d'anglais à l'Ecole Normale Supérieure de Paris, des voyages entre 1931 et 1937, l'Irlande, l'Angleterre, l'Allemagne, et en 1938, l'installation définitive à Paris. La guerre ensuite, une participation active à la Résistance dès 1941, la suite en 1942 pour échapper à la Gestapo et le repli dans le Vaucluse comme ouvrier agricole. Enfin le retour à Paris en 1944 lors de la Libération. A partir de cette date, les repères temporels seront désormais ceux de la publication des œuvres, ou des récompenses décernées, tel en 1969 le prix Nobel de littérature… Bref, une vie discrète, toute d'ombres et de brouillards, qui peut-être est le fait d'une conscience trop écorchée, trop sensible aux violences du monde, qui aussi peut-être est le secret d'une création exceptionnelle.       

Samuel Beckett - Cahier de l'Herne

                                                                                                                                                          

 

    

citation 13.png

                                                                                                                                                          

                                                                                                                                                         

 

 

boy_in_red_vest.jpg

 

citation 12.png

                                                                                                                                                         

 

 

Painting Title- Head III 1961 Francis Bacon.jpg

Painting Title- Head III 1961 Francis Bacon

 

citation 2.png                    
                                                                                                                                                        

Samuel Beckett pendant le tournage de Film, New York, 1964 © I.C. Rapoport .jpg

Samuel Beckett pendant le tournage de Film, New York, 1964 © I.C. Rapoport 

 

« Ayant en tête les liens privilégiés de Beckett avec la peinture (et des peintres comme Bram van Velde, notamment), on est frappé par une certaine analogie avec le travail du peintre qui procède par touches et reprises successives, les couleurs et les formes se fondant les unes dans les autres. Le texte est d’ailleurs "ponctué" d’un grand nombre d’indications de couleurs : "blanc", "bleu pâle", "gris pâle", "rose", "gris", "noir et blanc", ... On peut penser aussi à l’activité du regard qui découvre progressivement un tableau, à la suite des impressions qui traversent l’esprit du ‘regardeur’. Ceci est d’ailleurs assez proche, me semble-t-il, de la manière dont Beckett regardait les peintures de Bram van Velde (cf. le court texte de Beckett dans le livre d’hommages à Bram van Velde, “Celui qui ne peut se servir des mots”, publié par Fata Morgana en 1975).

Henri Prade - 26 février 2000

 

                                                                                                                                                         

Jack Butler Yeats Morning after Rain (1923).jpg
Jack B. Yeats, Morning after Rain 1923
citation 3.png
                                                                                                                                                          

 

 

Caspar FRIEDRICH Zwei Männer in Betrachtung des Mondes .jpg
Caspar Friedrich Zwei Männer in Betrachtung des Mondes, 1819

 

citation 4.png

 


C’est lors d’un voyage à Malte en 1970, où il voit une toile de Le Caravage à la Cathédrale Saint-Jean de la Valette qu’il trouve enfin l’idée de réaliser sa pièce. Cette toile, La décollation de Saint Baptiste (devant laquelle il reste en contemplation plus d’une heure durant), le frappe en particulier par son dédoublement spatial. Au premier plan au centre, prend place la scène terrible qui se prépare, le martyre de St Jean-Baptiste, alors que dans le fond à droite, en haut, deux personnages assistent à la scène, non sans attention ni voracité, mais avec l’éloignement de spectateurs.

 

Le Caravage, La décollation de Saint-Jean Baptiste Malte, La Valette, cathédrale Saint-Jean © Archives Alinari, Florence, Dist RMN : © Georges Tatge.jpg

Le Caravage, La décollation de Saint-Jean Baptiste

Malte, La Valette, cathédrale Saint-Jean © Archives Alinari, Florence, Dist RMN / © Georges Tatge

 

citation 5.png

Sur Masson, Tal Coat, Henri Hayden et surtout sur Bram Van Velde. Dès 1945, à l’occasion de l’exposition d’Abraham et de Gerardus Van Velde à Paris, Beckett écrit son premier texte critique sur la peinture, intitulé « Le Monde et le pantalon », publié dans les Cahiers d’art

citation 6.png
Bram van Velde, lithograph in Charles Juliet, Sans fin l’affamé.jpg

Bram Van Velde lithograph in Charles Juliet, Sans fin l’affamé

 

« Abraham Van Velde peint l’étendue.

 

Au sujet des frères Van Velde, en 1948, il écrit :

« Peintres de l’empêchement »


Texte publié dans Derrière le miroir, n° 11-12, juin 1948, où il donne son point de vue sur la peinture moderne et où se trouve célèbre formule  

« Car que reste-t-il de représentable si l’essence de l’objet est de se dérober à la représentation ? Il reste à représenter les conditions de cette dérobade. »


La peinture de Bram Van Velde en termes de voile et de dévoilement infini. « Un dévoilement sans fin, voile derrière voile, plan sur plan de transparences imparfaites, un dévoilement vers l’indévoilable, le rien, la chose à nouveau. »

 

Untitled. 1961г. 132 x 196 cm. Amsterdam, Stedelijk Museum.jpg

Bram Van Velde, Untitled, 1961, 132 x 196 cm, Amsterdam, Stedelijk Museum

 

« Qu’est-ce qu’en effet que cette surface colorée qui n’était pas là avant ? Je ne sais pas, n’ayant jamais rien vu de pareil. »

Comme lorsque Beckett dit de la peinture des Van Velde : « On dirait l'insurrection des molécules, l'intérieur d'une pierre un millième de seconde avant qu'elle ne se désagrège. » ou encore « La peinture d’Abraham serait donc premièrement une peinture de la chose en suspens»

 

Jacques Lacan citait l’apologue antique du concours entre deux peintres grecs : Zeuxis et Parrhasios. Parrhasios l’emporta sur Zeuxis qui avait peint des raisins si ressemblants que les oiseaux s’y étaient trompés. Ce que Parrhasios peint, sur la muraille, c’est un voile si ressemblant qu’il trompe les hommes qui lui demandent de leur montrer ce qu’il a peint derrière ce voile. Au-delà de la représentation de l’objet, la peinture se montre ici dans son essence : celle de solliciter le désir de voir au-delà, au-delà d’une suite de plans-couleurs-matière, un objet impossible. L’objet est ainsi, comme le dit encore Lacan au sujet de l’œuvre d’art en général, « élevé à la dignité de la chose », qui demande de lever le voile des apparences pour pénétrer dans d’autres profondeurs. (Le Séminaire, livre VII, L’Ethique de la psychanalyse, Seuil, 1986.) 

 

                                                                                                                                                          

 

 

 

citation 7.png

"Total object, complete with missing parts…"

 

 

Tal Coat.png

Composition I 1954 Lithographie originale, signée au crayon. Maeght Editeur, Paris.

 

 

citation 8.png

 

 

« Le „réaliste“, suant devant sa cascade, et pestant contre les nuages, n’a pas cessé de nous enchanter. Mais qu’il ne vienne plus nous emmerder avec ses histoires d’objectivité et de choses vues. De toutes les choses que personne n’a jamais vues, ses cascades sont assurément les plus énormes. Et, s’il existe un milieu où l’on ferait mieux de ne pas parler d’objectivité, c’est bien celui qu’il sillonne, sous son chapeau parasol ».

« Cézanne est, semble-t-il, le premier à avoir vu et posé le paysage comme matériau d’un ordre rigoureusement étrange, incommensurable avec toute forme d’expression humaine quelle qu’elle soit. Paysage atomiste sans velléités de vitalisme, paysage à la rigueur doté de personnalité, mais une personnalité propre, et non telle que l’entend Pelman : une paysagité

 

citation 9.png

 

© Leiris : Masson.jpg

© Leiris / Masson

 

« Présence à peine de celui qui fait, présence à peine de ce qui est fait. » 

 

 

 

Samuel Beckett, Paris, April 13, 1979. ©Richard Avedon.jpg

Samuel Beckett, Paris, April 13, 1979. ©Richard Avedon

 

 

Au plus près des toiles de Geneviève Asse: « L’idée du blanc, sans plus. »

(« D’un ouvrage abandonné », Têtes mortes.)

 

 

Geneviève ASSE
Geneviève ASSE "Atlantique IV"16 x 22 cm. 1991 Huile sur toile 

 

 

Une toile n’est presque rien. Juste une possibilité qui s’est offerte pour disparaître tout aussitôt 

Bram Van Velde




Etre un artiste c’est échouer comme nul autre n’ose échouer, l’échec constitue son univers 

Jean-Luc Godard à propos de Bram Van Velde


Self Portrait Seated 1970.jpg

 

Self Portrait Seated 1970

 

FAIRE UNE IMAGE

FRANCIS BACON, SAMUEL BECKETT par David Ruffel

« c’est fait j’ai fait l’image », Samuel Beckett.

 

http://www.chaoid.com/numero01/articles/faire_1_image.htm

 

citation 11.png

Au cours d’un entretien accordé à P. Mélèse :

 

« Trouver une forme qui accommode le gâchis, telle est actuellement la tâche de l’artiste. Ce n’est pas un gâchis qu’on puisse comprendre ! […] Ce que je dis ne signifie pas qu’il n’y aura désormais pas de forme en art. Cela signifie seulement qu’il y aura une forme nouvelle et que cette forme sera d’un genre qu’elle admette le désordre et n’essaye pas de dire que le désordre est au fond autre chose. La forme et le désordre demeurent séparés, celui-ci ne se réduit pas à celle-là. »

 

 

B 8 A.jpg

Bruno Le Bail  Nu allongée 2008

 

« C’est fait j’ai fait l’image », Samuel Beckett.

 

Ses grands yeux prenaient la noirceur des baies du prunellier, ils devenaient aussi grands, aussi noirs que les yeux débauchés du fils du Greco -  ou seraient-ce ceux des sa maîtresse ? – peints par le maître en deux claques bien fraiches de son lourd pinceau dans L’enterrement du comte d’Orgaz. La chose est remarquable à voir. La pupille et le blanc submergés par l’iris noir, rendus noirs comme la nuits

Dream of Fair to Middling Women

 

                                                                                                                                                            

 

 

B. Clément :

Pourquoi, dès lors, pour comprendre ce texte, pour en parler seulement, appeler au secours des théories, des systèmes, des méthodes ? Pourquoi lui appliquer, du dehors, quelque chose avec quoi il n'a en réalité rien à voir?

Et puis, surtout, il assure seul le travail de commentaire : il se félicite de ses petites trouvailles, se désole de ses manques, de ses imperfections, qu'il sait nommer avec précision. En un mot, il fait le travail habituellement réservé au critique

« Bon(s) qu’à ça » aurait-on pu lui rétorquer, comme en écho à la réponse qu’il avait faite à un journaliste qui lui demandait, peu avant sa mort, pourquoi il continuait à écrire.

 

 

« Samuel Beckett pendant une répétition de En attendant Godot, 1961 © Photo Roger Pic © Département des Arts du Spectacle – Bibliothèque nationale de France.jpg

« Samuel Beckett pendant une répétition de En attendant Godot, 1961 © Photo Roger Pic

 

 

 

citation 14.png

 

Rilke disait que  l’œuvre d’art est comme « le produit d’un danger couru, une expérience conduite jusqu’au bout, jusqu’au point où l’homme ne peut plus continuer »

 

 

Leaving.jpg

 

 

citation 15.png

 

 

 

 

 

16:05 Publié dans Samuel Beckett | Lien permanent

21/02/2009

Christine Gendre-Bergère

 

titre1.jpg

 

 

Et si on le laissait.jpg
      En attendant Godot.jpg

 

 

 

ligne grise.jpg
combien de fois .jpg
Compagnie.jpg

 

 

ligne grise.jpg
comment mal dire[1].jpg
Mal vu.jpg

 

 

 

 

ligne grise.jpg
Rien à dire.jpg
La dernière Bande.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…un portfolio

Publié en novembre 2006, en 10 exemplaires, ce portfolio d’un format de 45 cm sur 38 cm comprend dix gravures originales et un cahier de 4 pages qui propose pour chaque estampe une citation du texte dont elle est inspirée. L’ensemble est imprimé sur Pescia Magnani, 300 g .

La composition et l’impression du texte ont été réalisées par Jean-Jacques Sergent, éditeur-typographe à Cléry Saint-André et les eaux-fortes imprimées par Christine Gendre-Bergère, l’artiste, dans son atelier, à Paris.

 

Christine Gendre-Bergère tous droits réservés.