Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2010

Christophe Tarkos

« A la recherche d'une valeur veloutée la plus importante du monde qu'il serait possible de prendre pour du velours véritable pour vrai, une valeur veloutée variante, une valeur en velours, on la prendrait pour du velours tant elle varierait, tant elle est variée et veloutée, toute douce la valeur qui ait la valeur de l'évidence du velours, douce et pourpre vivante, une valeur vivante que l'on  pourrait prendre pour du vrai velours... »

« Caisses », Christophe Tarkos, P.O.L 1998


tarkos 1.jpg


vidéo 1

vidéo 2

vidéo 3


« En allemand je ne sais plus je ne comprends plus je deviens sourd et niais je suis perdu je n'ai plus de moyen de comprendre je ne comprends pas un mot je ne sais plus entendre je n'entends plus rien je ne lis plus rien je ne sais pas lire je ne sais pas un mot je ne comprends pas ce qu'on me dit je suis têtu et sourd je ne peux plus parler je suis muet je n'ai pas le moindre moyen de langue... »

« Caisses », Christophe Tarkos, P.O.L 1998


« L'homme beau. Il y a un homme beau. Un homme beau. Avez-vous vu un bel homme ? Connaissez-vous un homme beau ? Qui est beau ? Où est le bel homme dont on dit voilà lui est un homme beau ? En avez-vous vu un ? ......... je veux aller vers la beauté, je sais vers quelle beauté aller, je vois où on veut aller, je veux être un homme beau. Si vous voyez un bel homme »

« Caisses », Christophe Tarkos, P.O.L 1998


«... Les mains posées sur le visage. Les deux mains sur le visage, La douceur des mains contre le visage. La place des mains sur le visage. La douceur des mains posées sur le visage. Les doigts fins, sensibles, fragiles, doux, longs, les mains longues se reposent sur les côtés du visage, les mains ont la longueur du visage,  les mains longues trouvent une place sur le visage, les deux mains sur les deux bords du visage, la douceur à l'intérieur des mains, contre le visage... »

« Caisses », Christophe Tarkos, P.O.L 1998


«L'ombrelle n'est pas une fleur mais une méduse translucide bleuâtre à la luminescence laiteuse qui flotte dans les océans. L'ombrelle de dôme globuleux, sphérique, médusoïde, est une ombrelle transparente qui nage par la contraction violente de la bouche, pousse l'ombrelle. L'ombrelle nage, battement régulier, pulsation de sa bouche qui s'étend dans le réseau treillissé de ses fibres élastiques déformées par le battement régulier, sinon  elle coulerait. »

« Caisses », Christophe Tarkos, P.O.L 1998


« je veux fuir, je veux avoir une fuite, je veux être la fuite, je veux fuir dans la fuite, je n'existe plus, je fuis, je suis un trou, je fais les nuages, le trou fuit, l'eau remonte, elle remonte n'importe comment, elle n'a pas d'ordre, elle remonte, elle ne sait que remonter, elle n'a pas encore de forme, elle s'élève, elle sort de là où elle se cachait, où elle était, je ne sais pas où elle était, ce qui était mouillé, où l'eau se cache, s'accroche, s'était accrochée, se cachait, dans les trous, sous les pierres, sous les cailloux, là où se cache ce qui est petit, dans le recoin d'un gravier, dans la nuit qui change le ciel, le jour, le soubassement, l'obscurité, la fraîcheur, l'air au petit matin, je serai une enveloppe de brume pour rejoindre les nappes de brumes et les garder dans mes bras

bouet, bleuet, bille, billevesée, la bouillie

je sais que je peux
m'endormir
m'évanouir
m'amollir tomber à plat ventre
devenir confus
avoir le vertige
ne plus arriver à me mettre debout
pencher
m'allonger
rester allongé
devenir liquide
merdeux, boueux, moelleux

je tombe, je disparais »

Extrait du  dernier texte adressé par Christophe Tarkos à la revue "Le Jardin Ouvrier" (paru dans le numéro 24).



17:13 Publié dans Christophe Tarkos | Lien permanent

27/08/2009

Fragments

... C'est fait j'ai

fait l'image.

Samuel Beckett

 

du 21 août - 28 août 2009

 

 

 

Présentation du court métrage
 

 
" LE RÉVEIL "
Court métrage de 7’ • 35mm • Dolby SR

Interprétation : Jean-Claude Dreyfus

 

 

 

 

IMG_1679.jpg

 

IMG_1681.jpg

 



 

LECTURE :  TEXTES DE CHRISTOPHE TARKOS

FUSÉES 15

EN PRÉSENCE DE MATHIAS PÉREZ ET ESTHER HOFFENBERG

 


Christophe Tarkos

Marseille, 1964 - Paris, 2004


6a00d8345238fe69e201127915f12728a4-800wi.jpg

 

Yoann Thommerel, L’éclosion Continue
Bernard Heidsieck, Françoise Janicot, Je me souviens...
Christophe Tarkos, Les Ronds
Christophe Tarkos, Pâte-mot, Discussion
Charles Pennequin, Je gonfle – Je soulève
Lucien Suel, Tarkos m’écrit
Thierry Aué, Des mains
Vincent Tholomé, Ma vie chez les Aganaks
Fabrice Poggiani, Les voix de l’écrit, Le Mans, 1998.
Thierry Weyd, Les pieds dans le plat la tête la première
Jocelyn Gasnier, Une série de pâte-mot sur papier blanc à l’oil-barre

 

IMG_1686.jpg

 

 


 

 

CHRISTINE BAUER - Peinture

 

IMG_1732.jpg
Atelier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


 
BRUNO LE BAIL
 

 
 
 
 
 

 
IMG_1695.jpg

 

 

IMG_1718.jpg
Balthazar Castiglione
 
 
 
 

 

 

IMG_1719.jpg
Don Quichotte
 
 
 
 
 
 
 
 
IMG_1725.jpg
Régis - Homme qui marche
 
 
 
 
 
 
 

 

Fragments

 
 


 

IMG_1709.jpg
 
 
 
IMG_1699.jpg
IMG_1693.jpg
IMG_1691.jpg
IMG_1711.jpg
IMG_1724.jpg
IMG_1706.jpg

 
 
IMG_1714.jpg

IMG_1702.jpg

IMG_1701.jpg

 

 

 

26/01/2009

Les arts poétiques de Christophe Tarkos

12 mars 2009 – IMEC Abbaye d’Ardenne

Dans le cadre du festival La Poésie/nuit

 

tarkos.png

www.lapoesienuit.com


qui se déroulera à Caen du 3 au 14 mars, l’Imec, où sont conservées les
archives de Christophe Tarkos, s’associe à la revue Fusées pour proposer
une journée d’étude et de lectures/performances consacrée à celui qui travailla
sur la matière même de la langue et imposa une voix radicale dans le paysage de
la poésie française.

Avec : Thierry Aué, Sophie Bogaert,
Stacy Doris, Jérôme Game, Jocelyn Gasnier, Jean-Marie Gleize, Cyrille Martinez,
Kati Molnár, Charles Pennequin, Christian Prigent, Vincent Tholomé, Éric
Vautrin et Thierry Weyd.

14h : conférences et tables rondes

18h : projections

20h : lectures/performances

renseignements : 02 31 29 37 37

www.imec-archives.com  

Sans titre2.png

09:58 Publié dans Christophe Tarkos | Lien permanent