Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2009

Al - Fârâbî



LA PHILOSOPHIE DE PLATON

 

Al-Fârâbî (872 – 950), qui vécut à Bagdad au IXe siècle, est considéré comme le premier grand philosophe musulman. De son vivant, il fut surnommé le « second Maître », Aristote étant le premier. Toute sa vie il a cherché à accorder la philosophie de Platon à celle d’Aristote et s’est donné pour tâche de ramener la sagesse grecque dans les pays arabes.

 

al-Farabi.jpg

 

 

§ 1.

 

D’abord, il rechercha les choses humaines qui rendent l’homme enviable pour savoir laquelle constitue la perfection de l’homme en tant qu’homme, car tout être a une perfection. Ainsi, il rechercha si la perfection de l’homme consiste seulement à avoir des organes corporels en bon état, un beau visage et une peau douce ; si elle consiste aussi à être d’ascendance ou de famille distinguée, ou à avoir une grande famille et de nombreux amis et amoureux ; ou si elle consiste aussi à être prospère ; ou à être glorifié et exalté, à gouverner un groupe ou une cité dans laquelle son commandement s’impose et engendre la soumission à sa volonté. Pour que l’homme parvienne au bonheur qui lui donne cette perfection ultime, suffit-il d’avoir certaines de ces choses ou toutes ? Il lui devint clair à mesure qu’il examinait ces choses, soit qu’elles n’étaient pas elles-mêmes le bonheur et qu’elles étaient seulement tenues pour être le bonheur, soit qu’elles n’étaient pas en elles-mêmes suffisantes pour obtenir le bonheur sans qu’une autre chose s’ajoute à elles ou à certaines d’entre elles.

 

 

§ 2.

 

Ensuite il rechercha ce que cette autre chose devait nécessairement être. Il lui devint clair que cette autre chose, dont l’obtention revient à celle du bonheur, était une certaine connaissance et un certain mode de vie.

 

Tout cela se trouve dans son livre intitulée ‘lAlcibiade (c’est-à-dire Règle) Majeur, qui est connu sous le titre De l’Homme.

 

 

9782010073984.jpg

§ 3.

 

Ensuite, après cela, il rechercha ce qu’est cette connaissance et ce qui la distingue, jusqu’à ce qu’il découvrît ce qu’elle était, ce qui la distinguait, son caractère et qu’elle était la connaissance le l’essence (la substance) de chacun des êtres : cette connaissance est la perfection ultime de l’homme et la plus haute perfection qu’il soit susceptible d’acquérir. Cela se trouve dans le livre qu’il a intitulé le Théétête (qui signifie volontaire).

 

 

22510100359860L.gif

 

 

§ 4.

 

Ensuite, après cela, il rechercha le bonheur qui est véritablement le bonheur, ce qu’il est, de quelle connaissance il est la conséquence, l’état du caractère en lequel il consiste, et l’acte en lequel il consiste. Il le distingua de ce que l’on croit être le bonheur et qui ne l’est pas. Et il fit savoir que le mode de vie vertueux est ce qui permet d’obtenir ce bonheur. Cela se trouve dans son livre intitulé le Philèbe (qui signifie aimé).

 

 

13178541_1410458.jpg

 


 

A SUIVRE...

 

 

15:44 Publié dans Al - Fârâbî | Lien permanent